Rentabilité immobilière

Taux de rendement locatif, calcul de la rentabilité locative

Taux de rendement locatif.

Quand on cherche une bonne affaire il faut tout simplement chercher à avoir un taux de rendement locatif le plus élevé possible. Par exemple une rentabilité de 5% ne permet pas de gagner de l’argent tous les mois.



Le but premier d’un investissement immobilier est que les loyers permettent de couvrir toutes les dépenses du bien immobilier (mensualités du crédit, assurance, gestion, frais bancaires, charges, taxes, vacances locatives). Lorsqu’on arrive à ce niveau, on parle d’autofinancement.

Pour cela il faut faire une bonne affaire dès la signature du bien devant le notaire. Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, j’explique dans mon premier article (cliquez ici pour le lire) comment je procède pour dénicher une potentielle bonne affaire sur internet.

Le taux de rendement locatif correspond au rapport entre ce que nous rapporte le bien immobilier sur ce qui nous a coûté.

Il existe trois façons de le calculer et ceci en fonction du degré de précision que chacun veut.

La première méthode de calcul du taux de rendement locatif :

Taux de rendement locatif

Rentabilité immobilière

Il s’agit de calculer la rentabilité brute de l’investissement, c’est à dire que l’on ne prend pas en compte toutes les dépenses liées au bien. Le calcul de cette rentabilité permet juste de savoir s’il est intéressant de calculer la rentabilité nette de frais et de charges. Elle ne permet de prendre des décisions d’achat ou non car des critères très importants, comme la taxe foncière, n’ont pas été pris en compte.

Le calcul est le suivant :

(loyer mensuel x 12)/ (prix d’acquisition du bien)

Dans le prix d’acquisition du bien il y a bien sûr le montant d’achat du bien en question mais aussi les frais de notaire, les frais relatifs à l’obtention du crédit, les éventuels travaux de remise en état et aux normes, les meubles s’il s’agit d’une location meublé, les décorations, …

La deuxième méthode de calcul du taux de rendement locatif :

Celle-ci permet d’obtenir la rentabilité nette de frais et de charges. En effet lorsque l’on achète un bien immobilier il y a des frais d’entretien pour le maintenir dans un bon état. Il y a aussi les frais liés à la gestion immobilière.

Les charges correspondent à la taxe foncière et à toutes les autres charges non récupérables.

Le calcul est le suivant :

loyer mensuel x 12
–  taxe foncière
– charges non récupérables
__________________________
prix d’acquisition du bien

La troisième méthode de calcul du taux de rendement locatif :

Cette méthode est la plus précise mais aussi la compliquée à calculer, il s’agit de la rentabilité nette nette. Le calcul est complexe car il faut prendre à compte la fiscalité personnelle du bailleur. De plus celle-ci peut varier peut varier en fonction des revenus (en plus ou en moins) de l’année en question.

Pour quelqu’un qui se lance dans les investissements immobilier, la rentabilité la plus importante est selon moi la deuxième. Lorsque par la suite vous gagnerez de très grosses sommes d’argent avec l’immobilier, il y a toujours des possibilités pour optimiser fiscalement les investissements et payer moins d’impôts !

Il ne faut pas avoir peur de payer des impôts car il ne faut pas oublier que ce sont les personnes qui payent des impôts qui gagnent de l’argent !

Personnellement je ne m’intéresse à une affaire immobilière que lorsque la rentabilité nette de frais et de charges et au moins égale à 8%.

Pour calculer facilement la rentabilité d’un potentiel investissement immobilier le site rendementlocatif.com est très bien fait.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires ci-dessous.

 

Leave A Response

* Denotes Required Field